CONVENTIONS COLLECTIVES :Un pas en avant, trois pas en arrière!!!

Publié le par CFDT-FTV

La séance du 4 mai 2010 devait être une séance de « déstockage », la Direction s’étant engagée à apporter plusieurs types de réponses, tant sur la problématique du 7 juin 2010, que sur le contenu du dossier en cours, à savoir l’organisation et la durée du travail.

 

Il a fallu lourdement insister pour que la Direction s’engage à apporter une réponse « politique » sur la possibilité d’un accord de prorogation des délais de négociation, à mettre en parallèle avec la question des avantages acquis. Puisque la Direction est censée mener actuellement une analyse juridique (presque un an après le début des négociations cela nous paraît bizarre, mais enfin…), nous attendrons le 11 mai prochain pour que la Direction se prononce de manière claire sur cette question.

 

Quant à la question de l’organisation et de la durée du travail, comme on pouvait s’y attendre nous n’avons pas été déçus par la qualité des débats et les « avancées » constatées ! Alors que ce dossier n’a pas encore été entièrement parcouru, bon nombre d’organisations « en ont eu ras le bol » de voir la Direction prendre un joker à chaque question posée et lui ont demandé de faire un point récapitulatif sur toutes les questions évoquées et restées sans réponse.

Le constat est plutôt préoccupant et nous renforce dans l’idée que le 7 juin 2010 ne pourra jamais voir la signature d’un accord complet. A ce train, on est même en droit de se demander si le dossier du temps de travail aura été terminé !

De manière générale, la Direction a pour but prioritaire de faire exploser toutes les garanties et les compensations dont bénéficiaient les personnels en transformant exceptions en règle générale. Au lieu d’instituer des principes clairs (durée quotidienne, durée hebdomadaire, garde-fous pour le forfait jour, garanties sur le repos hebdomadaire, etc…) et de traiter les cas particuliers par le biais de dérogations ayant fait l’objet d’un accord, la Direction fait de la dérogation une règle qui risque d’avoir de sérieuses conséquences si le démon de la rentabilité ou les pressions des autorités de tutelle pour faire des économies prennent le pas sur le bon sens, le souci de la concertation, et surtout du respect des conditions de travail et de vie des personnels.

 

Donc, loin d’avoir reçu les réponses attendues, nous sommes restés bloqués au tout début du texte relatif à la durée du travail sur des questions importantes de principe qu’il n’est pas question de voir disparaître au profit d’une banalisation de concepts tels que la modulation, l’annualisation, l’extension du forfait jour.

 

La journée du 5 mai 2010 sera consacrée de nouveau au dossier du temps de travail. Nous y défendrons avec patience et ténacité les garanties des personnels pour des conditions de travail décentes et pour une vie familiale respectée

Commenter cet article