FRANCE TELEVISIONS A LA UNE DE LA PRESSE EN JANVIER

Publié le par CFDT-FTV

Le passage à l’entreprise unique fait couler de l’encre d’imprimerie. Il nous parait intéressant de vous proposer les passages les plus révélateurs de cette revue de presse. Commençons par le référendum lancé à notre initiative qui a retenu l’attentions des médias et permet aussi de mieux exposer, au grand public, les problématiques complexes de la maison…

 

Libération du 18 janvier

« Vote à France Télévisions : top départ ! »

 

Le Figaro du 4 janvier 2010 - France Télévisions : référendum syndical

Les salariés ont mandaté "à l'unanimité" les syndicats SNJ, CFDT, Sud, CFE-CGC, Unsa et SITR, pour organiser un référendum en interne.

Deux questions seront posées aux quelque 11.000 salariés de France Télévisions: "Estimez-vous avoir été suffisamment informé sur votre place, votre fonction et vos conditions de travail dans la nouvelle organisation?". Et "Souhaitez-vous le maintien des garanties des textes conventionnels"? - qui doivent être renégociés d'ici juin 2010, détaillent les syndicats dans un communiqué.

Ces syndicats vont par ailleurs contester devant la justice la consultation organisée par le groupe public sur sa réorganisation: l'avis donné le 15 décembre par la CGT, majoritaire, lors du comité central d'entreprise, bien que négatif, a donné le feu vert à cette réforme. »

 

Bien sûr nous n’oublions pas cette terrible page du Figaro qui dans un premier article laisse clairement penser que France 3 est menacée par un plan social à court terme, et qui, dans un encadré, décrit la lune de miel entre la CGT et Patrick De Carolis. Face au faits énoncés, la CGT a vivement démenti par un… tract !

Le Figaro du 3 janvier : France 3 une donne syndicale favorable

« Patrick De Carolis, le président du groupe France Télévisions, peut aujourd’hui compter sur une donne syndicale favorable. En effet, la CGT, majoritaire à France Télévisions, tient ses troupes et a passé une alliance objective avec la présidence. C’est grâce à elle et à la bienveillance de Force Ouvrière qu’un avis -bien que négatif- a été donné par le comité central d’entreprise en décembre permettant aujourd’hui le passage à l’entreprise commune.

 

La CGT annonce des menaces sur une des rédactions nationales !

 

En revanche celui du Monde, est passé plus inaperçu (le lendemain du réveillon). Notre  « ami » Marc Chauvelot de la CGT, nous y apprend qu’une des deux rédactions nationale est menacée ! Alors même que la direction a toujours affirmé le contraire. A notre sens il n’y a donc pas urgence à crier au loup, ou à devancer les souhaits secrets de la direction…

Le Monde du 2 janvier 2010

« Beaucoup de salariés craignent de brutales modifications de leurs affectations avec la mutualisation des moyens - notamment pour l'information - et le regroupement de plusieurs services. Un plan de départs volontaires, qui pourrait concerner près de 900 salariés de France Télévisions, a déjà été ouvert. "Nous allons nous battre pour préserver deux rédactions nationales avec leurs identités éditoriales", insiste Marc Chauvelot, délégué CGT des techniciens »

 

 

 Doute et confusion au sein de l’armée mexicaine…

Pendant ce temps là, sur le terrain, les troupes se demandent comment la nouvelle usine à gaz de France Télévisions va fonctionner. Car loin d’être plus simple, plus efficace, les salariés découvrent les prémices de la nouvelle organisation, avec beaucoup plus de questions que de réponses.

La Dépêche du Midi : France 3 : Gérard Vallès à la tête du pôle sud-ouest. Le 21 janvier 2010

 Reste que pour les syndicats, le compte n'y est pas. "La nouvelle organisation de France Télévisions a pour le moment généré pléthore de nominations (350 environ). Pour autant, nous ne savons pas comment nous allons travailler, ni pour quelles missions, en dehors de l’info, notamment en région", explique l'intersyndicale CFDT-Sud-SNJ.

"Nous constatons que l’heure n’est plus à l’autonomie des télévisions régionales ni au développement des programmes régionaux. En dehors de l’info sur laquelle pèse aussi des incertitudes, les programmes régionaux pourraient rapidement ne plus s’adresser à une population de proximité, mais bien à un bassin comprenant la grande région sud-ouest. La création de 24 antennes de proximité est un trompe l’œil puisqu’elle concerne principalement l’info et qu’il existait déjà 24 BRI (bureaux régionaux d’information). Nos missions de service public, au plus près des téléspectateurs, sont donc abandonnées. Oubliés les programmes de fond et de sens traitant de sujets économiques, culturels, sociaux, agricoles… ", estiment les syndicats, qui redoutent que les 24 centres de fabrication  « modernes et performants » ne soient utilisés que pour l'info. « Un non-sens économique et industriel » s'alarment les syndicats.

 

Enfin comme le laisse entendre Le Canard Enchaîné, vous qui travaillez à FTV, si depuis le 4 janvier vous n’êtes toujours pas nommé chef de quelque chose, demandez tout de suite un entretien de carrière, ça peut sûrement encore s’arranger…

Le Canard Enchaîné du 20 janvier

« Entre les « directeurs généraux », les « directeurs généraux adjoints », les « directeurs adjoints », et les « directeurs délégués », c’est une armée de 243 chefs, pas moins, que vient de lever la télé publique. Sachant que le groupe compte grosso modo 11000 salariés, ça représente tout de même un dirlo pour 45 personnes. »

 

Publié dans Actu

Commenter cet article