La direction reconnait que le délai de négo est trop court !

Publié le par CFDT-FTV

Voici en résumé la déclaration de la direction en ouverture de la négociation ce matin :

René Maisonneuve – DRH FTV : «  Vu la situation actuelle et l’avancement de la négociation, on peut considérer que nous avons relativement peu de chances de conclure avant le 7 juin prochain. Une décision de justice, avec une audience le 20 mai et un délibéré le 3 juin, peut également interférer sur le cours des choses. En fonction de ces éléments nous allons vous faire une proposition en 2 parties :

Réaction des syndicats  en résumé :

Tous demandent que cette proposition leur soit remise par écrit et du temps pour l’étudiée. En fin d’après midi la direction nous fait parvenir par écrit cette proposition. Dans ce texte la direction précise qu’elle ne souhaite pas après le 7 juin se retrouver dans une situation qu’elle juge « ingérable ». C'est-à-dire la possibilité pour les salariés de cumuler la convention collective FTV SA, la convention nationale des journalistes (pour les journalistes évidemment), les avantages individuels acquis  en plus du code du travail, si aucun accord n’est signé.

Dans son texte un  paragraphe retient notre attention : « Ainsi serait soumis à la signature un accord de substitution, révisable, dont les dispositions pour lesquelles la négociation n’a pas abouti, sont à durée déterminée jusqu’au 31 octobre 2010. »

En somme, si nous signons ce futur protocole d’accord, le corps de nos conventions actuelles est prorogé durant 5 mois mais sans aucune garantie pour la suite sur le contenu des nouvelles conventions. Mais surtout, cet accord rendrait impossible, après le 31 octobre, le recours pour les salariés aux avantages individuels acquis.

 

Pêle-mêle les réactions des syndicats…

Conclusion CFDT :

« On constate une singulière inversion de tendance. Patrick De Carolis a lancé cette négociation en annonçant un duel à OK Conventions, nous disant « voici note texte idéal, il ne vous conviendra peut-être pas mais vous n’avez que jusqu’au 7 juin pour signer quelque chose sinon c’est le droit du travail qui s’applique. C’est à prendre ou à laisser. » Mais il se trouve que grâce aux droits individuels acquis que nous avons mis en avant, le 7 juin n’est plus l’épouvantail annoncé pour les salariés mais pour la direction ! Du coup c’est vous, la Direction qui vous retrouvez sous pression. Et pour vous en sortir vous proposez que nous vous signions un papier sans aucune garantie pour les salariés.

Nous avons déjà eu droit à un tour de passe-passe au CCE sur l’entreprise unique par Patrick De Carolis et dans la dernière ligne droite il voudrait nous faire un coup de bonneteau. Vu les relations insincères que le PDG entretien avec les salariés et nous, comment lui faire confiance et pourquoi lui faire plaisir ?

Ce que vous nous proposez revient à organiser, payer le pot de départ de Patrick de Carolis et éteindre la lumière en sortant, en contrepartie d’aucune assurance pour l’avenir des salariés de France Télévisions. Pour nous c’est non ! »

Publié dans ARCHIVES négos

Commenter cet article