Négo du 15 avril 2010

Publié le par CFDT-FTV

Reprise des discussions sur le temps de travail.

 

Discussions sur le temps de pause et le temps de repas. proposition CGT "si le salarié doit rester à proximité de son poste à la demande de l'employeur, ceci est considéré comme du temps de travail effectif". Non pour la direction.

 

CFDT et CGT, rappelle que pour les équipes de reportage et de tournage le temps de repas sur le terrain doit être  du temps de travail effectif et non du temps de pause. La direction n'a toujours pas bougé là dessus.

 

Débat sur le temps de repas temps de travail efectif ou pas? Nous demandons après une semaine de discussion une réponse claire de sa part.

CFDT: Ca fait maintenant assez longtemps qu'on en discute, vous voulez aboutir avant le 7 juin, c'est pas nous qui imposons ce délai, si vous voulez y passer  1 mois, c'est vous qui voyez.

Direction: on va y réfléchir et vous donner une réponse avant la fin de la journée.

Direction:   On est là pour négocier un texte qui prévoit un cadre général et on peut amender par des exceptions sur le temps de repas.

CFDT: on touche là sur ce point le fossé qui nous sépare dans cette négociation. On a des pratiques et des usages qui font que le temps de repas est du travail effectif pour les équipes de tournage et on peut en négocier des execeptions sur des tournages longs ou on peut planifier, vous, vous voulez écrire l'inverse: le temps de repas n'est pas du temps de travail effectif sauf exception.

 

Temps de trajet

 

CGC propose une définition du temps de trajet et temps de voyage: Le temps de voyage est du temps de travail effectif.

 

Direction défend sa proposition et fait le distingo entre temps de trajet, temps de transport et temps de voyage:

 

Temps de voyage (hors vacation), aller prendre un train pour se rendre sur un lieu de tournage, mais aussi le tempsde transport en avion ou en train à l'étranger. Ces heures sont indemnisées à 50%.

 

 CGC: en pensant faire des économies ça va vous coûter plus cher. On fera moins d'effrots pour rentrer dans les clous.

 

Direction: considérer que tout temps de déplacement hors domicile travail est du temps de travail effectif, ça n'est pas possible financièrement pour l'entreprise.

 

Suspension de séance à la demande de la direction.

 

Espoir puis déception... par temps de voyage...

 

Surprise après la suspension la direction nous précise, que ce qu'elle considère comme "du temps de voyage", serait indemnisé à 50% en plus du salaire de base. Nous avions compris jusque là que ce temps de voyage ne nous était payé que 50% du salaire horaire.

Ce revirement permet de faire avancer la discussion mais ne règle pas tout notamment, le problème des amplitudes de journée.

Exemple développé par la CGC, un temps de voyage de plus de 4h dans la journée, qui n'est pas compris dans la vacation, puis une vacation de 8h et le retour hors vacation, permet à l'employeur de faire enchainer le salarié sur une autre vacation le lendemain.

 

Reprise de négo.

 

En fait après discussion, il s'avère que nous avions bien compris, le temps de voyage est indemnisé à 50% en plus de notre salaire journalier. Mais ces heures n'étant pas considérées comme du temps de travail effectif elles ne sont payées qu'à 50% du salaire horaire.

 

En fait sur ce dossier on repart à zéro. On semble être sur un point de blocage.  

La direction nous communiquera sa position ultérieurement.

 

ASTREINTE

 

CGC: exposition de cas spécifiques comme les astreintes 1 semaine de suite sur place en attendant un évènement. Comment cela est considéré ou indemnisé.

Les astreintes prévues sont de 12 ou 24h si elles sont inférieures à 12h elles quand même payées 12h. Tarifs proposés: 45€ pour 12h, 90€ pour 24h.

 

Demande de la CFDT que soit fixé une limite d'astreintes dans l'année pour éviter, d'une part, une pression individualisée sur certains salariés par leur hiérarchie ou à l'inverse, d'autre par, pour éviter que les astreintes soient le moyen de distribuer de manière discrétionnaire du salaire avec des astreintes fictives.

 

SNJ: on peut appliquer ce qui a été écrit à RFO "une répartition équitable des astreintes dans les services".

 

Le déabt continue sur des cas particuliers d'astreinte. La direction prend note.

Reprise des négo demain matin 9H30.

Commenter cet article

Alain 16/04/2010 14:48


Des lors que la fonction occupée impose des déplacements, que ces déplacements font partie intégrante de la mission confiée par l'entreprise à un salarié, le temps imparti pour se rendre sur place
ne peut être que du temps de travail. D'ailleurs, lorsque le salarié doit prendre un taxi pour aller prendre son avion ou son train, le taxi lui est remboursé par l'entreprise. Le trajet effectué
est donc bien considéré à ce moment là comme du temps de travail. Si nous poussons l'analyse, la direction de FranceTV serait t'elle prête à considérer que le temps que peut mettre un journaliste
en mission en afrique pour rejoindre son lieu de tournage ne serait pas du temps de travail? (ca se traduit souvent par plusieurs jours de voyage une fois sur place)? Si nous en sommes là, pourrait
on envisager qu'un journaliste en mission passerait une partie de son temps en vacances (puisque les déplacements ne sont pas du temps de travail) et le reste au travail? C'est vraiment lamentable!