Négociations des 17 et 18 décembre

Publié le par CFDT-FTV

Ca avance toujours en crabe. Nous échangeons avec la direction sans savoir quelles répercussions sur le texte ont ces échanges. Nous constatons que les propositions de la direction sont systématiquement en régression par rapport à nos conventions collectives actuelles et surtout qu'elle fait de "détails", des questions de principe.

Pendant ce temps l'entreprise unique se met inexorablement en place, la direction nous annonce à la fin de la réunion de ce vendredi que les courriers d'affectation des personnels vont arriver dans les jours qui viennent.  Nous demandons à chaque salarié de ne rien signer contre ce courrier qui pourrait être assimilé à un avenant au contrat de travail ou à un accord de mutation. La direction s'engage à prendre les dispositions nécessaires. Méfiance cependant.


Négociation du 17décembre

 

Négociation du jour retardée, pour notre part, en raison de la tenue d’une assemblée générale avec le SNJ, la CGC, SUD et le syndicat des réalisateurs au siège de FTV, devant 200 personnes. Il a été débattu des récents évènements au CCE et des conséquences de la constitution de l’entreprise unique sur les postes et les conditions de travail des salariés. La dissolution des chaînes et la constitution des pôles à l’intérieur de France Télévisions inquiète, d’autant plus qu’à quelques jours de son entrée en vigueur (4 janvier 2010) personne ne sait encore ce que va devenir son service ni son poste.

Reprise de la négociation sur le volet droits et obligations du salarié

Débat sur les exclusivités de collaboration. La direction souhaite encadrer la collaboration même bénévole de salariés sur des blogs par exemple. Les syndicats unanimes font remarquer que cela va à l’encontre de l’expression citoyenne. Les syndicats demandent que soit retenue la notion de préjudice pour la société. L’employeur aurait la charge de prouver ce préjudice pour l’entreprise.

Activités d’enseignement dans les écoles professionnelles reconnues.

La direction propose de ne plus détacher de personnels dans ces écoles. Les personnels devraient demander des temps partiels ou des suspensions de leur contrat de travail.

Les syndicats unanimes demandent que les dispositions en vigueur à l’heure actuelle soient maintenues. La direction rétorque qu’elle du mal à réintégrer les salariés parti pour de longs détachements.

CFDT : « Vous voulez rayer une disposition historique de  nos conventions (notamment celle de journalistes) pour quelques cas que vous avez du mal à régler et qui se comptent surles doigts d’une main. C’est disproportionné. »

SNJ : « Dites surtout que vous ne savez pas gérer c e genre de cas. »

SNJ-CGT : « Si vous appliquez cet disposition, on entendra plus la voix du service public dans les écoles de journalistes en France. » 

SNJ : « Comment nous faire croire que vous ne pouvez pas gérer, à l’intérieur d’un groupe comme le nôtre, le retour de détachements longs. »

 

 

18 décembre

Protection des  salariés :

Débat sur la disparition de la rédaction du principe de protection des salariés contre les agressions. La direction souhaite conserver uniquement la prise en charge par l’employeur de la défense du salarié lors d’agressions de personnes extérieures à l’entreprise.

A la demande des syndicats, la direction annonce qu’elle va proposer une nouvelle rédaction, précisant que l’employeur doit également protéger le salarié dans l’entreprise, par tous les moyens, d’organisation, disciplinaires etc.

Par ailleurs la direction propose de fixer un plafond de soutien financier à la défense des salariés qu’elle prendrait en charge.

Débat sur les infractions de la route de salariés dans l’exercice de leur fonction qui pourraient être imputée à une pression de la hiérarchie pour l’exécution sur service(reportage notamment).

CFDT : demande de précision sur « Tout salarié de l’entreprise peut bénéficier conformément aux règles fixées par le code pénal d’ une protection contre les menaces, outrages, injures, diffamation, agressions physiques ou verbales et toute atteinte à la personne dont il peut être l’objet dans l’exercice de ses fonctions ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions, »

Nous faisons remarquer que la pression de la hiérarchie pour ramener les reportages « à l’heure », s’exerce encore plus fortement sur les CDD et les motards de presse.

Nous demandons que soit rajouter à la rédaction ou qui découle de l’exercice de ses fonctions pour couvrir une agression d’un salarié en dehors des horaires et lieux de travail mais par une personne avec laquelle il aurait eu maille à partir dans l’exercice de ses fonctions.

CFDT demande avec la CGT que la société prenne en charge les stages de récupération de points de permis de conduire.

FO : prévoir un paragraphe sur l’assistance à des salariés qui ont vécu des évènements particulièrement pénibles (otage, faits de guerre etc.)

Droit d’expression

CFDT : cela n’est-il pas contradictoire avec votre vision restrictive des règles de discrétion absolue que vous voulez instaurer ?

Direction : non cela est régi par des dispositions très claires du code du travail

SNJ : quid du droit d’expression des SDJ ? Réponse évasive de la direction.

 

Ancienneté

Demande de plusieurs ré-intégration des dispositions précédentes dans le nouveau texte (audiovisuel public, congés parental, congés syndical, reconnaissance ancienneté ancienne fonction lors de reconversion).

SNJ : demande réintégration du principe de cumul des anciennetés dans l’audiovisuel public.

Diverses demandent de ré-insertion d’anciennes dispositions.

CFDT : Nous soutenons la demande de conserver le principe d’ancienneté audiovisuel public.

Réponse Direction sur toutes ces demandes :

Nous envisageons l’instauration d’une prime d’ancienneté  entreprise.  

Nous ne souhaitons pas prendre en compte l’ancienneté audiovisuel  public. Cela nous pose un problème de réciprocité avec les autres entreprises, d’autre part  comment définir les autres entités qui permettraient de faire bénéficier de l’ancienneté audiovisuel public.

 

CGT : le jugement RFI le définit 

CFDT : par exemple l’audiovisuel public peut –être définit par des entreprises et médias audiovisuels dont l’état est ou a été actionnaire majoritaire.

SNJ : comment envisager que l’INA par exemple, qui de plus travaille sur nos œuvres, ne rentre pas dans la définition d’audiovisuel public. Quid des avantages individuels acquis mais qui ne figureront pas forcément dans la nouvelle convention ?

Direction : notre religion n’est pas faite sur tout cela encore mais certains avantages selon nos propositions vont tomber.

SNJ : c’est le risque comme à TDF ou France Télécom de créer une société à 2 vitesses, avec d’un côté ceux qui étaient dans la société avant la nouvelle convention et les nouveaux ou qui n’ont pas encore accéder à des droits en vigueur actuellement.

FO : la définition que nous aurons de l‘ancienneté aura aussi des conséquences lors d’un éventuel départ de l’entreprise (licenciement).

CFDT et les autres syndicats à la direction : le premier bilan de ce mois de négociations nous déçoit pour l’instant. Nous attendons de voir quelles réécritures vous proposez, nous attendons encore l’intégralité des documents que vous nous  aviez promis pour mi-décembre. Ce que nous notons c’est que nous n’avons pas encore attaqué « le bois dur » du temps de travail et des rémunérations-classifications mais déjà nous notons de votre part certaines crispations de principe sur des points qui ne sont pas majeurs et qui ne vous coûtent pas cher. Cela laisse augurer de notre part un vrai conflit et un blocage  sur les poutres maîtresses de nos acquis sociaux. Passez quand même de Bonnes fêtes.

Publié dans Repères

Commenter cet article