POUR LUTTER CONTRE LA MALEDICTION DU CAMION DANS LE MUR…

Publié le par CFDT-FTV

Il ne vous a pas échappé ces dernières semaines, qu’une scission syndicale digne du mouvement des plaques tectoniques, vient de s’engager. Pour faire court, il se trouve que des organisations qui ne partagent pas forcément les mêmes bases idéologiques, se retrouvent en accord sur le fond des dossiers en cours. Pour être clair la CFDT, le SNJ, la CGC et SUD se retrouvent à faire cause commune sur deux fronts simultanés :

 

contre la présidence de France Télévisions et son opaque création d’entreprise unique.

Contre la CGT, ouvertement alliée à Patrick De Carolis.

 

On n’a pas souvent vu la CGC côtoyer le SNJ ou la CFDT s’afficher avec SUD. Si tel est le cas aujourd’hui, c’est que nous partageons le même constat, l’heure est grave !

 

La direction actuelle, qui ne sera plus celle de l’été prochain, exécute un plan de pré-découpage (dépeçage) des chaînes et entités que nous avons connu jusque là. Avec la bénédiction partout, de la CGT, localement, de FO.

 

Pourquoi ? Depuis plusieurs années, le crime paie, vos délégués syndicaux vous le diront. Par exemple, dans les commissions paritaires, G et T ou mobilité, c’est toujours la même pièce qu’on joue. La CGT invective la direction, fait les gros yeux, pendant que la vraie négociation est déjà bouclée en coulisse et en bonne entente. Quoi de mieux qu’une opposition officielle pour encadrer le bon peuple. Les candidats CGT sont le plus souvent récompensés. Pendant ce temps, les autres syndicats doivent engager des recours devant les tribunaux pour faire valoir les droits des salariés qui leurs font confiance. Dans la partie qui nous occupe désormais, le jeu est d’une plus grande ampleur mais le scénario reste le même et les masques tombent.

 

La CGT vote des avis, négatifs, dans les CE et au CCE, sur l’entreprise unique mais ces avis permettent à la Présidence de France Télévisions de valider légalement le processus. Le seul moyen d’obliger FTV de dire à chaque salarié ce qu’il va devenir, c’est de ne pas rendre d’avis ou de tenter un recours en justice. Ce que nous faisons et ce que refuse de faire la CGT depuis le début.

 

Pourquoi ? Il est clair qu’avec l’entreprise unique, les pôles et les nouvelles conventions collectives, l’audiovisuel public tel que nous l’avons connu aura vécu. Cela permettra peut-être de gommer certains de ses défauts. Cela va surtout provoquer un profond changement de culture et d’identité. Et surtout de grandes économies d’échelles. Déjà, les consignes relatives au plan de départs actuel, sont le non-remplacement de 3 personnes sur 4. Ces bouleversements ne se feront pas sans heurts. Nous pensons, pour bien la connaître, que la CGT compte là-dessus. Après avoir tenu la main de PDC, quelques bonnes grèves pour se refaire une virginité et mettre définitivement le camion dans le mur (remember la SFP).

Tandis que de notre côté, nous préconisons des préavis ciblés et concrets, des recours en justice et de la communication.

 

Derrière cela quel est l’objectif de la CGT soutenu par la direction ? Devenir le syndicat hégémonique à FTV ! Voyez ce que cela a donné chez les dockers, les ouvriers du livre, les NMPP etc. La semaine dernière en séance de négociation des conventions collectives, le SNRT-CGT et le SNJ-CGT (mal à l’aise), ont demandé la suppression des collèges journalistes aux élections DP et CE, ce qui entraînerait la quasi-disparition des élus du SNJ.

 

Nous ne prétendons pas détenir la vérité, ni être les meilleurs, c’est d’ailleurs pour cela que nous pensons qu’il est sain que plusieurs syndicats puissants et d’inspiration diverses existent à FTV.  Inutile de vous préciser que, dans une période comme celle-ci, cette diversité syndicale, n’est pas utile mais vitale.

 

Maintenant chacun est libre d’écouter les flatteurs et de choisir son destin…

Publié dans Repères

Commenter cet article